Samedi 3 et dimanche 4 novembre 2018


© TCMA

Cycle de stages de danse contemporaine menés par Michaël Allibert

Conversation #1– Entre-soi

> de 10h à 12h et de 13h30 à 16h30

Il s’agira d’élaborer collectivement des stratégies de consentement (non verbales), condition préalable obligatoire pour poser sereinement les bases d’une mise en conversation entre les différents protagonistes (objets vivants et objets inertes) en les plaçant sur un même plan d’équivalence au sein d’un espace déterminé.

Proposer une performativité de la relation, une fluidité indéfinie laissant du champ à la rencontre de l’étrangeté et à ce qu’elle peut produire sensiblement, intellectuellement et chorégraphiquement si nous décidons de lui en laisser la possibilité. 

La conversation, par le lien de parole qu’elle crée, est une forme de civilité. La conversation n’est pas une démonstration, elle n’est pas non plus une exposition de doctrines, encore moins une joute verbale d’allure dialectique. Elle emprunte cependant à ces trois pratiques quelques-unes de leurs caractéristiques.

Le caractère décousu de la conversation dite « à bâtons rompus » cache souvent une structure logique profonde, car quand on parle « à propos et hors de propos » à la manière de Montaigne dans ses Essais, on donne à son sujet une souplesse qui instruit de manière oblique, l’air de rien. Alors que parler « à certes », selon la certitude, épouse usuellement la forme dogmatique, le parler oblique laisse ouverte la voie de la compréhension à multiples entrées. Converser pour alimenter le doute et non pour être certain.

Ali Ben Makhlouf, La conversation comme manière de vivre

 

 

Tarifs et inscriptions :

Plein 70€ / réduit 50€ (demandeurs d’emploi, étudiants, minima sociaux).

Versement d’arrhes de 30% exigé pour confirmation de l'inscription aux stages.

 

Abonnement 3 stages : Plein 180€ / réduit 135€ (demandeurs d'emploi, étudiants, minima sociaux) + adhésion annuelle à l’Entre-Pont obligatoire : 20€.

Conversation #2 – Entre autre : 26 & 27 janvier 2019

Conversation #3 – Entre autre chose : 6 & 7 avril 2019

 

Inscription et renseignement à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Biographie

Entre Le Bal des Perdus (création 2009), Ne suis pas prostitué / Cherche à le devenir (2011), Office du Tourisme, 35.000 grammes de paillettes en fin de journée (2013), L’énième acte de son cœur (́2015),La nuit est tombée sur le royaume (́ 2016) et Étude(s) de chute(s) (2017), l’univers de TCMA-Michaël Allibert déploie des environnements sous tension.

 

Les corps et les espaces proposés sont soumis à des contraintes, des rapports de force ou de pouvoir exercés par un élément « supérieur » : un ordre spatial, social ou politique qui tend à inciter celui qui y est contraint (artiste et public) à prendre des décisions.

Plusieurs motifs récurrents traversent le projet chorégraphique de Michaël Allibert : un motif rythmique (la lenteur), un motif gestuel (l’immobilité) et un motif pictural (le corps nu). Ces motifs sont autant d’éléments constitutifs de propositions qui tentent de mettre en jeu des statuts poétiques/politiques dans des environnements poétiques/politiques interrogeant notre présence au monde et à l’autre.

 

La plasticité sculpturale de cette écriture «infra-chorégraphique» et les différents formats de représentation qu’expérimente la compagnie depuis 2009 (frontal, quadrifrontal, muséal, en immersion) tendent toujours à mettre le public dans une situation de questionnement en l’invitant à participer à une production collective d’imaginaire.

 

Depuis 2011, Michaël est artiste chercheur au sein de L’L * Lieu de recherche et d’accompagnement à la jeune création à Bruxelles.

En 2012, la SACD et le festival IN d’Avignon lui passent une commande dans le cadre des Sujets à Vif.

www.trucmuche.org