Mardi 5 novembre 2019

Organisé par la Cie Le Grain de Sable
> 19h30
Entrée : participation libre
Adhésion Public : 2€
Buvette et restauration sur place : pour réserver cliquez Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Pour le lancement de la 7ème saison des DITS DU LUNDI un gros coup se prépare...  une véritable opération "coup de poing" convoquant cinéma et poésie.
MARDI 5 NOVEMBRE  le "cinéphile pratiquant" Georges SAMMUT nous proposera un cycle "PURGATOIRE / PARADIS / ENFER" composé de trois des ses moyen-métrages :
> "Lire Soubressauts" d'après le texte de Samuel BECKETT.
> "Quoi...le Paradis oui...maintenant" d'après Paradis 1 et 2 de Philippe SOLLERS.
> "Trou noir Coeur battant" d'après des textes de Pierre GUYOTAT.


Des auteurs réputés difficiles mais combien importants dans un monde où la littérature tend à se soumettre aux lois du marché et de "l'entertainment".
Des auteurs auxquels nous sommes fidèles : lecture de "de P. GUYOTAT aux Dits du lundi du 15 avril 2015 lecture de "de S. BECKETT le 6 mai 2019. 

DU PURGATOIRE AUX ENFERS VIA LE PARADIS

une soirée cinéma / poésie :

350pix Libre soubresauts

LIRE SOUBRESAUTS

32'00             2010

adaptation de Soubresauts de Samuel Beckett

avec Marius Marc Roux

 

350 pix Quoi Le paradis oui maintenant

QUOI?..LE PARADIS OUI...MAINTENANT

36'OO         2015

à partir de Paradis 1 & 2 de Philippe Sollers

 

350pix trou noir coeur battant

TROU NOIR COEUR BATTANT

36'00           2016

une évocation des textes de Pierre Guyotat

 

Trois films de Georges SAMMUT.

Trois écrivains (Samuel Beckett, Philippe Sollers, Pierre Guyotat), chacun portant une langue si singulière, sont des jalons essentiels de la littérature des cinquante dernières années.

Dans "Soubresauts"(1989), dernier écrit de Beckett, la litanie obsédante qui, d'épuisements en épuisements, perdure encore et toujours vers le silence blanc de la langue, de l'attente infinie à la solitude asthénique tel un purgatoire, no man's land où l'homme expie sa propre naissance.

A l'opposé de la langue décharnée de Beckett, la majestueuse et fertile coulée des mots de Sollers dans "Paradis 1 & 2" (1981-1986) , empreinte de lumières, écritures, musiques et peintures est la voie d'accès multiple à un paradis de la vie où "l'amour se meut avec le soleil et les autres étoiles".

Enfin, l'oeuvre de Guyotat, épopée incantatoire, insurrectionnelle dont la matière textuelle à la beauté paroxystique charrie depuis "Tombeau pour cinq cent mille soldats"(1967) toutes les violences guerrières dessinant les éternelles figures d'oppresseurs et d'opprimés à travers esclavage et prostitution, inscrit les enfers mythologiques dans notre vie terrestre.

Voici donc ici trois tentatives distinctes de mises en images  et en sons des univers si originaux de ces écrivains qui, vues en continu dans une même projection, nous renvoient à une évidente trilogie immémoriale non théologique : Purgatoire, Paradis, Enfer.

Georges Sammut.