Occupant la halle Spada depuis avril 2004, l’Entre-Pont avait à cœur de réaliser un événement artistique sur et dans la halle Spada.

Sur les traces des bâtisseurs, projet protéiforme et pluridisciplinaire, propose une mémoire ouvrière de la halle Spada, un des derniers vestiges du patrimoine industriel niçois autour de trois axes de travail principaux :

Première phase (été 2008 - automne 2009)
Collecte de témoignages d'ouvriers et dirigeants de l'entreprise de travaux publics qui a occupé la halle d'avril 1960 à la fin des années 1990 par Robert Matthey, photographe-vidéaste.

friseportraits                                 © Robert Matthey

Cette collecte a abouti à la constitution d’un fonds d’archives (40h de témoignages et plus de 2 000 photos) sur la mémoire ouvrière et industrielle de ce lieu. Quatre restitutions publiquesont eu lieu (14 novembre 2008, 8 avril, 30 juin et 23 octobre 2009) et ont permis aux artistes impliqués dans le projet de montrer les archives au fur et à mesure de leur collecte et de tester leurs pistes de travail en vue de la réalisation de l'événementiel artistique.

Deuxième phase (avril 2010)
Organisation d'un événementiel artistique in situ, le 14 avril 2010, qui a permis une visite de la halle Spada exceptionnellement ouverte au public avec une scénographie, mise en lumière et en son à même de proposer un écrin aux témoignages recueillis, témoignages que se sont réappropriés les artistes (comédiens, circassiens, danseurs, musiciens, plasticiens, artistes multimédia, photographe, vidéaste), actuels résidents du lieu.

friseevenementiel                      © Robert Matthey

L'événementiel s'est organisé à la manière d'un entre-sort géant : un sas d'entrée (3 salles en accès libre : installations multimédia, exposition photographique, installation plastique, projection d'un documentaire) et une déambulation artistique guidée (8 tableaux dans la halle).

En préambule de l'événementiel, ont eu lieu deux tables rondes, le 6 avril 2010, sur "Spada, bâtisseur de la Côte d'Azur" et "Etre ouvrier chez Spada" en collaboration avec Yvan Gastaut, maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Nice Sophia-Antipolis.

Troisième phase (automne 2010 - hiver 2011)
Un ouvrage collectif de l'Entre-Pont (Frédéric Alemany, Hélène Baisecourt, Vanessa Clément, Yvan Gastaut, Jacques Laurent, Robert Matthey) mêlant regards d'artistes, mémoire de l'entreprise et de ses ouvriers & éclairage historique.
tarif initial : 18€ TTC -> prix soldé à 10€ TTC. Tous les points de vente ici.

couverturelivreA la fin de la Première Guerre mondiale, un jeune immigré piémontais, Jean Spada, charrie les cailloux du Paillon dans son charreton. Dans les années 1960, il se retrouve à la tête d'une des plus grandes entreprises niçoises du bâtiment... A travers l'histoire de cette entreprise sont abordés de façon insolite les conditions de travail, le développement des syndicats, la force de l'immigration, l'évolution des techniques et la transformation du paysage de la Côte d'Azur tout au long du siècle dernier.
C'est aussi l'histoire d'artistes installés dans les anciens locaux de cette entreprise et qui deviennent, parfois malgré eux, les acteurs de la réhabilitation d'un patrimoine industriel en friche culturelle.
C'est un recueil d'anecdotes et de souvenirs d'hommes et de femmes qui se croisent en un même endroit, la halle Spada, et qui nous racontent un certain XXème siècle à Nice.


© Jean-Claude Fraicher
 

En parallèle de ces 3 temps forts de recherche et de création artistique, création d'un blog à la fois collecteur d'archives, mémoire des témoignages recueillis, témoin direct de ce qui se passera dans la halle lors de l'événementiel, espace de discussion et d'échanges entre les porteurs du projet et les ouvriers.

Il nous importe de réaliser, par le biais de ce projet, quatre objectifs :

  • reconstituer la mémoire ouvrière et industrielle de la halle Spada et aboutir à la constitution d'un fonds d'archives écrites et audiovisuelles : exposition photographique, blog, édition d'un livre-DVD
  • partir de l'immigration de la famille Spada (immigration italienne) puis des vagues successives d'immigration dans le secteur du bâtiment (Maghreb, Comores, Cap Vert etc.) pour reconstituer l'histoire d'une humanité en mouvement à Nice
  • inventer de nouvelles formes d'occupation de ce patrimoine industriel niçois par les artistes, nouveaux occupants de la halle Spada depuis 2004
  • proposer une relecture de l'histoire de ce lieu, une passerelle entre la mémoire industrielle et ouvrière de la halle et l'actualité en friche artistique et culturelle

Plus d'informations (textes, visuels, articles) sur le blog "Sur les traces des bâtisseurs"

Pièce jointe
File
Download this file (points de vente.pdf)points de vente.pdf